Je vais vous raconter l’histoire d’Ovada, une ville piémontaise située entre le Piémont et la Ligurie : c’est là que nous vous attendons, parmi des paysages charmants et des châteaux historiques, pour faire connaissance et vous souhaiter la bienvenue.

La ville possède de véritables joyaux, mais il ne faut pas vouloir tout et tout de suite, un voyageur doit être curieux et prêt à s'enthousiasmer, vous pouvez compter sur notre courtoisie, pas trop expansive, mais qui saura vous donner quelques bons conseils ou suggestions.

Quand vous arrivez dans la ville, vous pourrez voir ( Piazza XX Settembre, ) le véritable carrefour du trafic et trait d’union entre les nouveaux quartiers et le centre historique; maintenant prenez à droite et vous serez tout de suite au cœur de notre ville.

À votre gauche se dresse l’Église de l’Immacolata Concezione, bâtie pour un vœu que les habitants d’Ovada avaient fait le 21 septembre 1631 pour que la ville soit libérée de la terrible épidémie de peste.

Les offices sont célébrés depuis presque 350 ans par les Franciscains, toujours présents à Ovada; tout près de l’église il y a leur couvent et devant on trouve une place avec une petite fontaine et une statue de San Francesco, le Patron d’Italie, tout cela suivant l’esprit simple et sobre qui caractérise cet Ordre.

En continuant par la même route, vous trouverez rue Cairoli, tout le centre historique de notre ville a un aspect typiquement génois, après plusieurs siècles de rapports et de dominations.

Cette rue, élégante et pavée, est un véritable point de repère pour les habitants d’Ovada, c’est le salon de la ville, riche de boutiques et d’activités commerciales, ainsi que de palais historiques, de fenêtres, d’appartements habités; elle est riche d’histoire et c’est notre carte de visite.

En marchant vous trouverez quelques édifices remarquables, le théâtre Torrielli juste au début de la rue et un peu plus avant Palazzo Maineri, actuellement siège des principales institutions culturelles, telles que la Bibliothèque et l’Académie Urbense, utilisé différemment au fil des ans: siège de la Mairie, de l’École de Formation Professionnelle et même siège du Commandement allemand, pendant la guerre.

Maintenant vous êtes Piazza Assunta, vous ne pouvez pas vous tromper, la rue est droite. Devant vous se dresse la (Chiesa Parrocchiale N.S. Assunta un édifice d’environ 50 mètres de haut qui, avec ses deux clochers, dont l’un bâti en 1807 et l’autre en 1850, représente le symbole le plus important de la ville; à l’intérieur on admire des ornements en marbre et des peintures de grande valeur qui vous feront comprendre pleinement notre culture et nos références spirituelles.

Mais on ne s’arrête pas là. Une fois sortis de la Paroisse, voilà (Piazza Garibaldi ), dédiée au Héros des deux mondes et à deux de nos concitoyens qui, habillés de la chemise rouge,  l’ont accompagné dans l’aventure.

Cette place était autrefois le centre de la vie sociale et politique de la ville, le lieu des meetings électoraux, plutôt animés, et de la gymnastique à l’époque du samedi fasciste, mais aussi du dîner de fraternité où, en 1848, les autorités d’Ovada ont invité tous les gens du peuple, se mettant à leur service, même pour un jour seulement.

Allons vers Via San Paolo, après quelques pas on trouvera tout de suite l’(Oratorio dell'Annunziata ), édifié au XVe siècle et restauré vers la moitié du XVIIIe siècle, un véritable joyau d’architecture, riche de significations religieuses et artistiques; dans l’Église on admire deux caisses processionnelles d’Anton Maria Maragliano, prestigieux sculpteur génois de grand renom.

Un peu plus avant se trouve la Maison Natale de San Paolo de la Croix, Patron de la ville et fondateur de la Congrégation des Passionistes, déclarée monument national en 1918, riche de reliques du Saint, devenue actuellement un Musée ouvert au public, que je vous conseille de visiter.

Devant la maison se dresse l’Église de Santa Maria delle Grazie, dite de San Domenico: elle aussi a une histoire à raconter, à l’époque napoléonienne elle fut utilisée comme caserne et magasin.

Plusieurs fois restaurée, elle a eu quelques vicissitudes, telles qu’un incendie qui, il y a quelques années, a détruit l’orgue et noirci les plâtres.

À l’intérieur, on admire des œuvres artistiques de valeur, des peintures et sculptures dans une ambiance sobre, caractérisée par un grand nombre de briques qui ornent l’Église.

Encore quelques pas et voilà le Palazzo Maineri-Rossi, des fenêtres duquel on entend sortir les sons typiques des élèves de l’école de musique Rebora qui, avec constance et application, apprennent l’art de jouer d’un instrument et de continuer la tradition musicale de notre ville.

Nous allons conclure notre parcours, qui forme un carré; en poursuivant le long de Via Torino, on trouve Palazzo Delfino, actuellement siège de la Mairie, bâti par un particulier comme siège de sa banque et de son habitation privée.

Maintenant nous sommes de nouveau Piazza XX Settembre, vers l’ouest de la place est situé le monument aux morts pour la patrie, réalisé grâce à des collectes faites par les familles d’Ovada.

C’est le moment de se reposer: le long de Via Carducci, vous trouverez le beau (Parco di Villa Gabrieli ) où vous pourrez vous reposer et vous détendre parmi les arbres et devant le lac aux cygnes.

Vous êtes loin d’avoir tout vu, il y a encore bien des choses à découvrir et à admirer, telles que la suggestive Loggia de San Sebastiano, l’Oratoire de San Giovanni qui s’anime chaque année pour la procession traditionnelle et le (Museo Paleontologico Maini ) où sont gardés les fossiles et les minéraux du territoire local.

Bref, ce n’est que le début de l’histoire que je vous ai racontée: venez à Ovada pour écrire la vôtre, vous serez satisfaits et séduits par la beauté de nos paysages.